« Aspirateurs » à jeunes diplômés, les start-ups attirent beaucoup de nouveaux entrants sur le monde du travail. Si l’ambiance cool et l’esprit collaboratif qui règnent dans ses structures sont très prisés, travailler pour une start-up n’est pas sans inconvénients. Notre analyse.

Pour : l’ambiance de travail

Travailler dans une start-up, c’est d’abord travailler dans une ambiance qui n’a rien à voir avec celle d’un grand groupe. Ici, pas de dress-code – adieu costard, adieu tailleur ! –, pas d’horaires imposés, bref une liberté propice à la détente et à la créativité. L’organisation spatiale détonne également : fini le bureau, dans une start-up on bosse sur un plateau largement ouvert, souvent équipé d’un baby-foot ou d’une playstation, qui favorise la convivialité, l’échange et l’esprit d’équipe.
Autre avantage, la hiérarchie est souvent « horizontale » : si un « patron » existe bien, l’équipe, pour la plupart des jeunes, privilégie le tutoiement et valorise le point de vue de chacun.

Pour : participer à une aventure collective

En générale réduite, l’équipe d’une start-up se mobilise autour d’un projet fondateur à développer. Cette impression d’être à la base de quelque-chose rend votre contribution plus directe, plus tangible et plus sensible dans le succès de l’entreprise.
Travailler dans une start-up, justement parce qu’on n’est pas dans une grande entreprise aux effectifs pléthoriques, c’est également moins de process à respecter, une plus grande simplicité des règles et la capacité de s’intéresser et de travailler sur tous les aspect d’un projet. Adieu l’ennui !

Contre : dire adieu à sa vie privée

Toute médaille à son revers. Le premier inconvénient de travailler pour une start-up tient justement à l’inexistence des règles d’un grand groupe. Si tout est à faire, si tout est à construite, ceci implique des journées de travail extensibles et une mobilisation de chaque instant pour voir son entreprise atteindre ses objectifs.
Des objectifs qui, la pression des investisseurs aidant, sont souvent placés très haut, générant parfois stress et crispations dans l’équipe. Bref, il vous faudra souvent sacrifier votre vie en dehors du travail, tout étant par ailleurs fait pour que vous y restiez.

Contre : le salaire et la sécurité de l’emploi

Parce que c’est d’abord une petite entreprise qui débute, travailler dans une start-up signifie souvent accepter un niveau de rémunération moindre que celui proposé chez un grand groupe. Moins solide financièrement, une start-up ce doit d’être rentable rapidement en jouant sur ce levier : tirer sur les salaires, malgré des horaires à rallonge.
Autre élément à garder en tête, travailler pour une start-up, c’est travailler à développer un projet qui a beaucoup de chance de ne pas réussir : la pérennité de votre emploi, à moyen terme en tout cas, est donc tout sauf assurée