Quand on envisage de changer de métier ou quand on veut construire un argumentaire pour séduire un employeur, le bilan de compétences est fort utile. On fait le point sur cet outil à mobiliser au moment opportun.

Bilan de compétences : de quoi s’agit-il ?

Grâce à votre compte personnel de formation (CPF, ancien DIF), vous pouvez demander à votre employeur de vous laisser faire un bilan de compétences.
De nombreux organismes agréés peuvent vous accompagner dans cette démarche (Fongecif, Afpa, Infrep…). Quèsaco ? Il s’agit d’établir point par point ce pour quoi vous êtes fait. Pour ce faire, vous allez décortiquer votre parcours tant professionnel que personnel, tant associatif que sportif, et le découper en missions.
Pour chacune de ces missions, vous allez déterminer de quelles qualités vous avez su faire preuve et aussi ce qui vous a manqué pour réussir. Il sera ensuite dressé un tableau de vos points forts (organisé, créatif, doué avec les enfants, sait dessiner…) à mettre en balance avec des métiers pour lesquels ces points forts sont nécessaires.
La liste de vos points faibles peut vous aider à demander une formation dans tel ou tel domaine (langues étrangères, informatique, DAO, zinguerie…) pour pallier une lacune identifiée afin de réussir dans votre branche.

Peut-on faire ce bilan de compétences soi-même ?

Quand on veut apprendre à se connaître et comparer ses aptitudes aux exigences du marché du travail, il est tout à fait possible de faire soi-même un bilan de compétences.
Pour ce faire, il existe des livres qui contiennent des questionnaires et des tests auxquels répondre en toute franchise et qui permettent de défricher votre parcours. En étant parfaitement honnête avec vous-même, vous découvrirez assez vite ce qui vous motive vraiment, quels sont vos atouts et vos qualités, quels sont vos faiblesses et vos défauts : vous pourrez alors mettre l’accent sur ce que vous réussissez le mieux et vous mettre dans un état d’esprit positif et conquérant, idéal avant un entretien d’embauche ou au moment de demander une augmentation.

Quel est le bon moment pour un bilan de compétences ?

Trop souvent, on attend le dernier moment pour se plier à l’exercice. En effet, c’est quand on n’en peut vraiment plus de son travail ou bien qu’on arrive en fin de période d’indemnités de chômage ou bien encore quand on sent qu’on va se faire licencier.
C’est sûr que cette période de doute est propice à trouver une nouvelle orientation professionnelle. Or, dans ces périodes, on n’a pas vraiment les idées claires, on se sent acculé, on recherche une solution rapide, on trouve des réponses et on prend des décisions précipitées.
En réalité, le mieux serait de faire un bilan de compétences quand on est posé, au calme, dans une situation professionnelle dont on sait qu’elle ne peut pas durer, mais qui nous convient temporairement.

Le début d’un chemin

Le bilan de compétences n’est pas une boule de cristal ni une fin en soi. Vous n’allez pas découvrir votre avenir, il ne va pas vous apporter LA solution. En revanche, il va mettre en exergue vos aptitudes comportementales et techniques, vos véritables centres d’intérêt et ce qui vous motive vraiment, vos points forts et vos valeurs.
À vous ensuite de confronter ces résultats à la réalité du marché du travail. Pour vous entraîner, il existe de nombreux tests sur internet qui peuvent vous mettre sur la voie ; vous déterminerez ainsi si vous pouvez le faire seul ou si la présence d’un consultant pour vous aider à décoder les résultats est nécessaire.