Les qualifications sont passées et vous êtes embauché ? Attention à ne pas crier victoire trop vite : si votre profil et vos compétences conviennent, intégrer une nouvelle entreprise, c’est intégrer une nouvelle culture. À vous d’en adopter les codes. Nos conseils pour bien négocier son premier jour de travail.

Arriver à l’heure

Prendre toutes les précautions pour ne pas arriver en retard est indispensable pour un premier jour. Ne pas être pile à l’heure peut se comprendre, exceptionnellement, après quelques mois dans un poste mais n’est pas acceptable le premier jour de travail.
Un retard lors de la prise de fonctions envoie non seulement un mauvais signal quant à votre motivation, mais il peut aussi vous valoir une réputation de dilettante auprès de vos collègues. A l’inverse, n’hésitez pas à arriver un peu plus tôt : après tout, dans un nouveau travail, mieux vaut prendre du temps pour apprivoiser son nouvel environnement.

S’adapter au dress code de l’entreprise

Superficiel, direz-vous ! Eh bien, non : la première impression laissée est souvent cruciale dans un nouveau travail, et celle-ci passe d’abord par votre tenue vestimentaire. Vous présenter en jean et baskets, alors que tous vos collègues sont dûment cravatés ou habillés d’élégants tailleurs, ne vous donnera pas une image sérieuse.
De même, arriver trop habillé pour votre premier jour de travail risque de vous faire passer pour quelqu’un de prétentieux. Aussi, mettez à profit vos différents entretiens d’embauche pour enquêter sur le dress code de l’entreprise et ne pas dénoter.

Vaincre sa timidité

Soyez honnête : vous ne serez pas extrêmement productif le premier jour de travail. Profitez donc de cette journée pour observer et faire connaissance avec vos collègues. En ce sens, ne zappez pas la pause autour de la machine à café et partez, avec la modestie nécessaire, à la rencontre des collaborateurs.
Miser sur la convivialité dès le premier jour permettra de vous acclimater plus rapidement à la culture de votre nouvelle structure. En comprenant comment fonctionnent et communiquent vos collègues – bref « ce qui se fait » ou pas –, vous éviterez, dans votre nouveau travail, les faux pas disqualifiants.

Se concentrer sur l’essentiel

Prendre ses aises immédiatement, c’est mal vu. Mettez à profit ce premier jour de travail pour vous installer dans votre nouveau poste… mais pas dans votre nouveau bureau. Aussi, ne passez pas trois heures à le décorer avec vos photos de famille. Ce comportement, outre qu’il est prématuré en période d’essai, apparaîtra comme arrogant. D’autre part, on évite de se renseigner sur la valeur des tickets resto ou les modalités de prise de RTT : annexes à la prise de fonctions, ces préoccupations enverront un mauvais signal auprès de vos collègues et de votre hiérarchie.

Faire table rase du passé

En bien comme en mal, comparer son ancien poste avec son nouveau travail peut laisser penser que vous avez l’esprit encore accaparé par vos précédentes fonctions. Faire preuve de discrétion le premier jour de travail, c’est donc l’assurance de ne froisser personne ou de ne pas dégrader l’ambiance de travail, en faisant montre de ressentiment. Aussi, on proscrit l’expression « dans mon ancienne entreprise » pour faire table rase du passé. Car un nouveau poste, même si on capitalise sur les compétences et l’expérience acquises, c’est d’abord un nouveau départ.