De plus en plus d’entreprises sont séduites par les atouts d’une pratique du sport au travail. Moins de stress, une meilleure posture, un regain d’énergie… L’impact sur les collaborateurs et, in fine, sur la qualité de leur travail semble prouvé. Qu’en penser ?

Le sport pour prendre soin de soi

Quand on travaille, on trouve facilement de bonnes excuses pour ne pas ou ne plus faire de sport. En effet, entre les enfants, l’entretien de la maison, les trajets, la famille et les copains, les rares moments qu’on se consacre, on en profite pour se reposer. À moins d’être addict, c’est souvent le sport qui est sacrifié sur l’autel de l’emploi du temps trop serré.
Et ce, au détriment de notre bien-être, de notre santé, de notre énergie et de notre posture. Pratiquer le sport au travail, c’est renouer avec une activité physique qui diffère des gestes du quotidien, c’est réapprendre à écouter son corps et les messages qu’il nous adresse, c’est se remuscler pour corriger sa posture, c’est aussi garder la ligne. Entre autres. Et après une séance de sport, on est à nouveau plein d’énergie pour affronter la suite de notre journée.

Le sport profite à tous

De la même manière que certaines entreprises proposent une salle de méditation pour leurs employés ou font venir des masseurs pour les détendre, d’autres structures ont choisi d’allier sport et travail, de mettre en place des séances de pilates ou de proposer des tournois de basket.
Quel est l’intérêt de participer à ce genre d’activités ? Le premier intérêt : faire du sport. Vient ensuite l’idée d’une vraie pause : on laisse au vestiaire nos tracas professionnels, on se branche sur une autre fréquence pendant le temps de la séance. Un autre atout souligné notamment par les managers : on se défoule.
Exit les tensions, les crispations et le stress. On expire, on crie, on transpire : nos frustrations nous échappent. Autre point positif à apprécier : on fait corps. Avec les autres salariés, ceux qu’on connaît, mais aussi ceux d’autres services que l’on apprend à connaître et… à encourager.

Sport au travail : des mesures concrètes

Allier sport et travail est au cœur des préoccupations européennes, notamment car de plus en plus d’emplois sont sédentaires et que cela engendre des problèmes de surpoids, de tension, de diabète, etc. Quant aux métiers répétitifs, ils sont sujets aux troubles musculosquelettiques (TMS).
Ceux qui manutentionnent des charges lourdes également. Il est constaté que le sport améliore la posture, la fréquence cardiaque, le poids, la respiration : des employés en bonne santé physique, c’est moins d’arrêts de travail, moins de dépenses de santé, moins de décès prématurés par AVC. Faire venir le sport au travail, c’est aussi fidéliser ses employés, renforcer la cohésion d’équipe et booster l’énergie ambiante.

Sport et travail : la marque employeur y gagne aussi

Donner du temps à ses employés pour qu’ils pratiquent une activité sportive au travail, ce n’est pas en perdre.
Certaines entreprises, comme Microsoft ou Total, l’ont bien compris. Les hormones sécrétées, le stress évacué, les performances réalisées, tout ceci contribue à ce que le salarié reprenne son poste avec une énergie décuplée quand il le réintègre.
En tant que salarié, c’est un argument à avancer pour que votre entreprise, à l’image de Google ou Accenture, fasse intervenir un coach une fois par semaine, investisse dans un vestiaire avec douche ou planifie un parcours de course à pied.