Le diplôme ne fait pas tout, sauf… au pays du diplôme ! La France est friande de certificats et titres professionnels en tout genre, qui permettent, bien souvent, de sortir de la précarité.

Profitez de votre compte personnel de formation (CPF) ou bénéficiez de l’accès à la formation professionnelle. Les conseils de notre coach, Vincent Bergère*.

La formation professionnelle ? Vous vous dites : mais pour quoi faire ? Pourtant, il existe de nombreux avantages à acquérir de nouvelles compétences. Par exemple, celui de se spécialiser, et donc, de devenir super bon dans un domaine. Or, bien souvent, le besoin de travailler l’emporte, et l’on fait l’impasse sur la formation.
C’est dommage, car se former permet d’aller plus loin, et plus vite, sans forcément changer de métier. Depuis janvier 2017, c’est le CPF (compte personnel de formation), qui permet à tout demandeur d’emploi, ou salarié, de se former : à condition d’avoir cumulé suffisamment d’heures dans son ou ses jobs(s) précédent(s). Pour savoir si vous êtes éligible au CPF, direction  l’agence Pôle emploi la plus proche de chez vous. Si vous n’avez pas assez de kilomètres au compteur, ils pourront, dans certains cas, vous aider à financer votre formation. Le Conseil Régional et/ou Général, et l’Agefip (en cas de handicap), aussi…
Une fois la question du financement réglée, cap sur le choix de la formation. Pour trouver celle qui vous convient, rendez-vous sur la plateforme du CARIF-OREF, qui référence l’offre de manière structurée. Mais attention, avant de vous lancer, vérifiez  un certain nombre de points : quels sont les besoins de votre employeur potentiel en matière de certificats, de diplômes ? La formation professionnelle est-elle adaptée à votre secteur d’activité ? Est-elle répertoriée au Répertoire National des Certifications Professionnelles (c’est le minimum). Est-elle reconnue par l’Etat ? Enfin, n’hésitez pas à rencontrer d’anciens stagiaires : le centre de formation est tenu de vous fournir le nom de ses anciens élèves.
www.umanea.fr