Envie de changer de boulot ? Pas toujours simple quand on est en CDI. Pour éviter d’avoir à présenter votre démission, il existe une procédure qui vous permet de rompre votre contrat de travail : c’est la rupture conventionnelle. Nos explications.

La rupture conventionnelle, c’est quoi ?

Ni démission ni licenciement, la rupture conventionnelle vous permet, en accord avec votre employeur, de mettre fin à votre CDI. Gros avantage pour vous, contrairement à une démission, la rupture vous permet de bénéficier des allocations chômage. Mieux, cette procédure, lorsqu’elle est bien négociée avec votre employeur, vous permet de toucher des indemnités importantes, similaires aux indemnités de licenciement.

Quand demander sa rupture conventionnelle ?

La machine à café est en panne ? Claudine, votre collègue de bureau, ne sourit jamais ? Certes, tout cela est ennuyeux, mais ces soucis ne constituent pas des raisons valables de partir. Même si la rupture conventionnelle CDI n’a pas à être motivée pour être acceptée, interrogez-vous sur vos motivations avant de la demander. Votre poste ne vous motive plus ? Vous êtes en désaccord avec votre hiérarchie ? Voilà de bonnes raisons, parmi d’autres, d’envisager un départ. Ici, la franchise est de mise avec votre employeur : il a tout à gagner à voir partir un employé qui n’est plus motivé par son job.

Les conditions à respecter

Pour bénéficier d’une rupture conventionnelle, une condition préalable est à respecter : être en CDI dans le secteur privé. En revanche, il n’existe aucune condition quant à la taille de l’entreprise ni à l’ancienneté du salarié. Autre condition importante, c’est le consentement : il doit être mutuel, comme pour un divorce. Une rupture conventionnelle est un choix que vous prenez librement : il ne peut pas être guidé par une contrainte ou des pressions opérés par un employeur qui souhaite – mais ne peut – vous licencier.

La procédure

La mise en place d’une rupture est simple : il vous suffit de la demander à l’oral comme à l’écrit. Assez souple, la procédure de rupture conventionnelle CDI nécessite au moins un entretien : tâchez de bien le préparer, car c’est au cours de celui-ci que vous négocierez les modalités de la rupture. Au cours de cet entretien – ou de ces entretiens, il peut y en avoir plusieurs –, vous pourrez également négocier le montant de votre indemnité et le prolongement de votre couverture par la mutuelle de l’entreprise ainsi que la date de votre départ.

Le délai de carence

Un dernier point important est à connaître avant de s’engager dans une rupture conventionnelle CDI : si cette procédure vous permet de bénéficier de l’assurance chômage, sachez que le montant de votre indemnité sera pris en compte lors de l’ouverture de vos droits, reculant le versement de vos allocations : c’est le délai de carence. Bref, ne claquez pas tout de suite le gros chèque que vous venez de toucher : certains salariés doivent attendre jusqu’à 180 jours pour toucher le chômage.