Untitled design (58)-min

Fiche métier : Conducteur de travaux

Ses missions

On a l’habitude de comparer le.a conducteur.rice de travaux à un.e chef.fe d’orchestre : c’est lui.elle qui dirige un chantier de part en part, en planifie les différentes étapes et coordonne les différents corps de métiers y intervenant, afin de livrer un projet respectant les standards de qualité attendus, mais également en adéquation avec les délais et les budgets alloués.

Un métier à hautes responsabilités, qui exige qu’il.elle soit compétent.e sur le volet administratif, très à l’aise dans des tâches managériales et commerciale, et surtout qu’il.elle ait une connaissance opérationnelle pointue du déroulement d’un chantier.

En effet, dans la phase préparatoire du chantier, il.elle intervient sur des sujets aussi variés que la gestion des démarches administratives (réponses aux appels d’offre, dépôt et suivi du permis de construire), l’analyse des plans d’architectes et des études techniques, la constitution d’un budget, l’établissement d’un planning de construction, le choix des prestataires, fournisseurs et sous-traitants, le recrutement de la main d’oeuvre (le chef de chantier et les ouvriers), la sélection des matériaux et engins de chantier, ainsi que la sélection des méthodes de travail…

Lors de la phase opérationnelle, il.elle surveille l’avancement des travaux en lien avec le.la chef.fe de chantier, gère les imprévus, rend compte de l’exécution des tâches aux clients, et coordonne les différents intervenants, toujours dans l’optique de livrer à temps, et sans dépassement de coût.

Ses perspectives d’évolutions sont multiples, mais la plupart des conducteur.rice.s de travaux se dirigent en milieu de carrière vers des postes de directeur.rice.s de travaux, ou encore d’ingénieur.e.s commerciaux.ales. 

Qualités requises

Parce qu’il.elle est un élément central dans le processus d’un chantier, et parce que les responsabilités qui lui incombent, notamment administratives et financières, sont importantes, le.a conducteur.rice de travaux doit faire preuves de compétences métiers solides, mais également de puissants soft skill. 

Il doit savoir faire démontrer les qualités suivantes: 

– bon esprit d’analyse

– bonne écoute

– force de conviction et de négociation 

– pédagogie

– qualités d’organisation : méthodologie et rigueur

– bon relationnel

– leadership et techniques de management d’équipes

– sens commercial

– disponibilité

– réactivité et capacité de résistance au stress : gestion de problèmes techniques et d’imprévus

– bonne connaissance du déroulement d’un chantier (maîtrise des techniques du bâtiment et de la construction)

– bonnes connaissances administratives (législation des marchés privés et publics, contentieux, assurances, règles en matière de sous-traitance et de sécurité)

– bonne connaissances budgétaires et comptables

– mobile géographiquement (déplacements fréquents d’un chantier à l’autre, chez les fournisseurs ou chez les clients, voire à l’étranger)

Salaire brut et taux horaire brut

En début de carrière, un.e conducteur.rice de travaux gagne en moyenne 30 000 € annuel brut, salaire qui peut grimper jusqu’à 40 500€ annuel brut au bout de 10 ans d’expérience. 

En moyenne, en France, un.e conducteur.ice de travaux gagne 22,25€ euros brut par heure.

A noter : dans certaines régions, et selon les us et coutumes de l’entreprise, cette rémunération peut être complétée par une prime panier, estimée à 9 ou 10 euros nets par jour, destinée à compenser une part des frais de déplacement.

Accès au métier

L’accès aux postes de conducteur.rice de travaux est rare pour les nouveaux diplômés. Ce métier réclame en effet une connaissance fine des différentes professions de la construction ainsi que d’un savoir-faire pratique forgé par l’expérience. 

Ainsi, on commencera souvent par occuper des postes d’aide-conducteur, puis, après plusieurs chantiers menés avec réussite, on pourra prendre en charge ses propres dossiers. 

Plusieurs voies académiques sont possibles, mais il faut savoir que plus le diplôme de départ est élevé, plus l’accession au métier de conducteur.rice de travaux est rapide.

Niveau BAC ou équivalent

Bac pro Technicien du bâtiment : organisation et mise en œuvre

Bac pro Travaux publics

Niveau BAC+2 / BAC+3 / BAC+4

BAC+2

– BTS Bâtiment

– BTS Travaux publics

– Conducteur de travaux aménagement finitions

– Conducteur de travaux du bâtiment et du génie civil

– Conducteur technicien des travaux du bâtiment

– DUT Génie civil – construction durable

– Responsable de chantier

– Responsable de chantier bâtiment et travaux publics

– Responsable de chantier en installation électrique (CESI)

– Responsable technique en bâtiment et des travaux publics

 

BAC+3

– Licence pro protection et valorisation du patrimoine historique et culturel

 

BAC+4

– Conducteur des travaux publics et technicien de bureau d’études

Niveau BAC+5 / BAC+6

BAC+5

– Diplôme d’ingénieur de l’École centrale de Nantes spécialité bâtiment et travaux publics en partenariat avec l’ITII Pays de la Loire

– Diplôme d’ingénieur de l’École nationale des travaux publics de l’Etat

– Diplôme d’ingénieur de l’École spéciale des travaux publics du bâtiment et de l’industrie spécialité bâtiment

– Diplôme d’ingénieur du CESI spécialité bâtiment et travaux publics

– Diplôme d’ingénieur du CESI spécialité bâtiment et travaux publics en partenariat avec l’ITII Ile de France

 

BAC+6

– Diplôme d’ingénieur spécialisé en ouvrages d’art de l’Institut supérieur du bâtiment et des travaux publics

Insertion sur le marché

Selon une étude de Pôle Emploi sur les besoins en main d’oeuvre en 2019, le métier de conducteur de travaux (cadres et non cadres) se classerait 6e au rang des métiers de la construction qui recrutent en France, et au 63e rang au niveau global. 

Par ailleurs, selon l’INSEE, le métier de conducteur.rice de travaux représentait environ 43 300 salariés en France.

Toujours selon l’INSEE, il est à noter que des efforts considérables restent à faire pour féminiser la profession : seul 7 % des salarié.e.s exerçant ce métier seraient des femmes. 

Enfin, si les ¾ des conducteurs de travaux (74%) sont salariés de grands groupes ou d’ETI du secteur du BTP et des télécoms, l’État et les collectivités locales recherchent également des candidats à recruter, sur concours.

Insertion sur le marché

11120 projets de recrutements annuels pour des emplois de conducteur.rice.s de travaux (cadres et non cadres) ont été recensés en 2019.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Auteur

Ces articles peuvent également vous intéresser

Test de personnalité, un outil précieux de recrutement

A l’occasion de votre recherche d’emploi, il est tout à fait possible que des recruteurs vous demandent de vous soumettre à des tests de personnalité, pour cerner vos principaux traits de caractère et déterminer si votre profil convient. Ces évaluations comportent bien des avantages.

Lire plus »