soft_skills

Mettre en avant ses soft-skills

Vous l’avez sûrement remarqué, les recruteurs d’aujourd’hui sont beaucoup plus attentifs aux soft skills des candidats. Leadership, prise de risque, créativité : à vous de faire le tri et de mettre en avant les compétences comportementales qui vous caractérisent. Mais comment procéder ? Quelles sont les étapes à suivre ? Je vous explique tout !

 

Dur dur d’analyser les soft skills !

Pas de panique ! En France, par rapport aux pays anglo-saxons, il est plus naturel de mettre en avant ses savoirs et savoir-faire. Exposer ses savoir-être est un exercice plus délicat. Vous êtes tout à fait normal si vous rencontrez cette problématique.

Les candidats sont réticents à l’idée de montrer cette facette personnelle. Les recruteurs, aussi, ont leurs frayeurs. Recruter une personne avec des soft skills insuffisamment développées par rapport au poste ou au contexte professionnel ? C’est très compromettant pour l’entreprise.

 

La notion de soft skills est difficile à appréhender. Elle est moins perceptible à l’instant T lors d’un entretien de recrutement par exemple et peut être interprétée de différentes façons selon le recruteur ou manager qui mène l’entretien de recrutement.

 

Heureusement, les pratiques de recrutement évoluent. De plus en plus d’outils sont utilisés, en plus de l’entretien, pour analyser le savoir-être de manière concrète : jeux de mise en situation, escape game, test psychométrique etc. D’ailleurs, Onvabosser.fr a remplacé le CV à l’inscription par un test qui analyse votre comportement général (personnalité, motivation) et vos aptitudes fondamentales (leadership, communication, capacité de raisonnement). Un très bon moyen d’objectiver cette analyse des soft skills et par conséquent la décision de recrutement.

 

1ère étape : tout commence avec une bonne identification

Vous aussi, candidats, vous devez faire une analyse de vos soft skills. Pourquoi ? Pour comprendre les compétences comportementales qui sont dominantes et celles qui nécessitent une progression. Vous vous connaîtrez mieux et pourrez ainsi présenter l’étendue de vos compétences professionnelles.

A vous de jouer ! Il est temps d’analyser votre personnalité et d’identifier vos compétences. L’introspection est votre meilleure alliée !

 

3 mots d’ordre :

  • Réflexion : faites une pause, arrêtez de courir dans tous les sens et prenez du recul sur votre personne
  • Observation : reculez la bobine de film et pensez à vos expériences professionnelles ET personnelles. Comment avez-vous réagi dans telle situation ? Quels savoir-être ont été les plus remarqués par votre manager, collègues ou famille ? Quels points nécessitaient une amélioration ?
  • Identification : mettez à plat sur un papier toutes les qualités que vous avez repérées

Cette analyse de soft skills peut se faire avec l’aide de vos proches qui vous veulent du bien ! Pourquoi ne pas organiser un brainstorming « A la recherche de mes soft skills » avec vos amis ? Réfléchir en groupe est également très efficace. Et plus fun !

 

Les tests de personnalité peuvent être utiles pour confirmer vos impressions : MBTI, Big Five ou le test gratuit 16 Personalities. Mais gardez cela en tête, l’expérience professionnelle ET personnelle sont les indicateurs les plus efficaces.

 

2ème étape : aborder efficacement ses soft skills en entretien

Comme évoqué plus haut, les soft skills sont difficiles à analyser en entretien mais il est important d’en discuter. Le chercheur d’emploi peut clairement en faire un atout et ainsi se différencier de ses concurrents. Côté recruteur, cela permet de faire un choix entre deux profils très similaires ayant le même niveau d’études et d’expérience, les mêmes compétences techniques.

A la fameuse question « présentez-moi vos expériences professionnelles », j’invite les candidats à répondre en précisant les soft skills utilisées, celles qui ont permis de mener les projets avec succès et d’atteindre les objectifs. C’est important de contextualiser les soft skills afin de donner du crédit au discours.

 

Et pour ceux qui ont très peu d’expérience professionnelle (étudiants, jeunes diplômés, personnes en reconversion professionnelle), pensez à vos compétences transversales ! Mais oui, il s’agit de toutes les compétences que vous avez mobilisées, développées dans un poste précis et qui sont « transférables » vers un autre poste. Capacité à travailler en équipe, bon sens de communication, facilité pour trouver des solutions : parlez-en ! Vous ne serez plus la personne qui manque d’expérience mais celle qui a du potentiel pour apprendre vite, apporter une valeur ajoutée et s’intégrer au collectif.

 

Les soft skills sont des compétences très précieuses ! Pour être 100% stratégique, il est intéressant de mettre ces compétences dans un CV ou un book professionnel. L’idée est de faire une présentation globale de votre profil et de mettre l’accent sur vos soft skills tout en faisant le lien avec les projets réalisés, les difficultés rencontrées, les résultats et recommandations obtenus. Grâce à ces éléments concrets, le recruteur pourra mieux identifier vos soft skills. Et hop, une difficulté de recrutement en moins !

 

Ecrit par Une RH qui vous veut du bien !

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Auteur

Ces articles peuvent également vous intéresser

Test de personnalité, un outil précieux de recrutement

A l’occasion de votre recherche d’emploi, il est tout à fait possible que des recruteurs vous demandent de vous soumettre à des tests de personnalité, pour cerner vos principaux traits de caractère et déterminer si votre profil convient. Ces évaluations comportent bien des avantages.

Lire plus »