un homme plusieurs jobs

Changer de métier à 40 ans ? Les questions à se poser

Changer, d’accord, mais pourquoi et pour aller où ? Quelle serait la réalité de votre projet ? Les conseils de notre coach, Véronique Vésiez.

Changer de métier à 40 ans, vous en avez envie ? D’accord, mais êtes-vous vraiment prêt(e) ? Avant de faire le grand saut vers l’inconnu, prenez le temps de répondre à certaines questions.

Changer de métier à 40 ans, oui, mais pour aller où ? Recherchez-vous une reconversion professionnelle ou une évolution ? Demandez-vous déjà par quoi est motivée cette envie. Un ras le bol passager, un besoin réel de renouveau ?
Pour vous éclairer, demandez-vous aussi si votre voie a été tracée par des facteurs extérieurs (famille, précarité, niveau d’études insuffisant) et tentez, dans ce cas, de redéfinir votre projet professionnel en fonction de vos envies réelles. « Qu’est-ce qui est important pour moi ? Avoir une activité valorisante ? Développer ma créativité ? Avoir plus de liberté ? Travailler en équipe ? ».
Quand vous aurez répondu à ça, essayez d’identifier les bénéfices que ce changement vous apporterait : moins de stress ? Gagner plus d’argent ? Avoir plus de responsabilités ? Voilà pour le positif. Mais attention, dans tout changement, il y a une part de risque. On peut parfois se rendre compte que la réalité n’est pas celle que l’on croyait .
« je dois me former, et ça coûte cher », « ce job me demande d’être plus mobile », « les horaires de travail sont ingérables par rapport à ma vie privée », « mon projet va prendre un an avant de se concrétiser ».
Pour éviter les mauvaises surprises, renseignez-vous sur le terrain, confrontez votre désir à la réalité. Questionnez des professionnels. Demandez-vous aussi si votre choix est « écologique » : c’est-à-dire s’il est bon pour vous, mais aussi pour votre entourage.

C’est oui ? Votre envie de changement est bien réelle, et motivée par les bonnes raisons ? Ok. Reste à passer à l’action.

Identifiez-vos compétences : celles déjà acquises, et celles transposables dans votre nouveau métier. Par exemple : savoir s’organiser, gérer les urgences, animer une équipe… sont autant de compétences qui relèvent du savoir-être professionnel, et qui sont facilement « vendables » dans tous les secteurs, et à tous les postes. Listez aussi celles que vous allez devoir acquérir spécifiquement pour ce nouveau job (savoir-faire) : quel titre, quel diplôme, quel niveau d’expérience ?

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Auteur

Ces articles peuvent également vous intéresser

Test de personnalité, un outil précieux de recrutement

A l’occasion de votre recherche d’emploi, il est tout à fait possible que des recruteurs vous demandent de vous soumettre à des tests de personnalité, pour cerner vos principaux traits de caractère et déterminer si votre profil convient. Ces évaluations comportent bien des avantages.

Lire plus »